Le diable dans la bière ?

Les amateurs avertis que vous êtes l’ont certainement remarqué : de nombreuses bières évoquent dans leur nom le diable, ou le démon. Mais savez-vous pourquoi?

Belzebuth, La Bière du Démon, Satan, Lucifer, Trou du Diable, La Maudite, Diable Rouge (désolé pour celles que l’on a oubliées) … sans oublier Duvel (dont nous avons déjà parlé : Duvel Tripel Hop CASHMERE), beaucoup de bières font référence aux forces obscures …

Alors, pur effet du hasard ? Soucis d’équilibrer les choses en regard des nombreuses bières d’abbaye? Copyright agressif sur l’image d’un moine dégarni avec un verre de bière à la main ?

Et bien non, c’est beaucoup plus simple que ça…

L’origine moderne de ces noms remonte au début du 20ème siècle lorsque Jan-Leonard Moortgat, fondateur de la brasserie du même nom, et ses fils Albert et Victor découvrent les bières anglaises, qui jouissent d’un fort succès populaire.

Albert décide alors de créer une bière s’inspirant fortement de ces fameuses Ale à la mode et part en Écosse chercher la levure qui lui permettra de produire cette bière spéciale.

Après de longs mois, Albert revient en Belgique avec la précieuse souche et développe la « Victory Ale » pour commémorer la fin de la Première Guerre Mondiale.

Cette nouvelle bière surprend véritablement. Lors d’une dégustation avec les notables du village, le cordonnier Van De Wouwer, très surpris par les puissants arômes de la bière, s’exclame : « Nen echten duvel » (un véritable diable).
N’en jetez plus, la coupe est pleine : à partir de 1923, la bière est commercialisée sous ce nom.

La suite, vous la connaissez. Cette bière connait un véritable succès et acquière une renommée internationale, s’imposant comme la référence des bières blondes fortes en Belgique.

Un nouveau style est née, et la tradition des diablotins ou autres démons dans le nom et/ou les étiquettes se construit autour de la Duvel.

Le guide de style de bière BJCP indique même pour décrire le style 25C – Belge Blonde Forte :

Des références au diable ou aux démons sont courantes dans les noms de nombreux exemples commerciaux de ce style, faisant référence à leur titre alcoométrique puissant et en hommage à l’exemple d’origine (Duvel). Les meilleurs exemples sont complexes et délicats. Une carbonatation importante aide à faire ressortir les nombreuses saveurs et à accroître la perception d’une finale sèche. Traditionnellement conditionné en bouteille (ou refermentée en bouteille).

BJCP 2015

Sympa non?

Et vous, connaissez-vous ces bières? Laquelle est votre préférée? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s